La femme libre sur un site de rencontre

(une tête ou un cul?)

Je tente une expérience qui m’interpelle à force d’en entendre causer par les célibataires de mon entourage.

Il y a ceux qui cherchent du sérieux. Ceux qui cherchent une discussion et de l’amitié. Et puis, il y a ceux qui cherchent une relation qu’on nomme casual.

Je veux comprendre pourquoi on ne se rencontre plus ailleurs que sur la toile. Pourquoi on ne se parle plus.

Je crée mon profil en passant par l’application Facebook Rencontres. Il y a déjà ma photo de profil (visiblement de bombasse) qui attire un nombre impressionnant de futurs prétendants si je puis les nommer ainsi.

Je ne mens sur aucune information. Il faut inscrire ce qui a de l’intérêt pour soi, si on fume et si on boit. Pourquoi ne pas demander si on se drogue ? Ha oui, et sa confession religieuse ou pas.

Évidemment, a t-on des enfants. Et les animaux ?

L’application nous dit de rajouter des photos. Allez, je m’y colle. Une sexy, la montagne, les livres.

Franchement, vais-je vraiment croire que les photos de la montagne intéressent ?

Et, je décide d’indiquer « relation casual ». Rien de sérieux.

Je ne veux pas blesser quelqu’un qui a une envie de tomber amoureux et d’être à deux.

Ce qui m’intéresse, c’est comment les hommes chassent les femmes dans ce contexte virtuel.

Parce que oui, ne nous leurrons pas, c’est de la chasse à cour.

Je ne suis pas juste. Je n’ai pas encore regardé du côté des femmes mais un homme m’avoue qu’il voit passer de nombreux faux profils féminins. Ce sont des asiatiques et elles ne cherchent clairement ni une aventure ni une relation honnête. Plutôt du cash, du flouze, du pèze.

Lui est dans une démarche sincère et pontentiellement amoureuse alors, mesdames, soyez pas des peaux de vache, bordel.

Je l’ai même rencontré loin de cette application. Il n’a jamais été question de sexe. Nous avons discuté. C’est donc en bonne voie pour une jolie amitié simple.

Je constate aussi ceci : beaucoup écrivent « amitié, discussion, relation casual, relation sérieuse. »

On est pourtant d’accord sur le fait qu’aucun de ces critères n’a le même sens. Tu veux discuter avec une pote, baiser la petite chaudasse qui passe ou te caser avec une femme bien pour toi ?

Ces différentes demandes ne donnent aucune envie de répondre positivement. Trop d’informations.

Faisons un arrêt sur image quant aux photos de profil. Je les regarde toutes. Celle du profil ne correspond malheureusement pas toujours à celles qui suivent. C’est fort dommage car être soi est pourtant ce qui fonctionne le mieux. Putain, mais on s’en fout de ceux qui jugent.

Par contre, messieurs, il y en a qui ne font aucun effort. Cessez de vous exposer avec vos supers bolides. On s’en bat les cacahuètes de ce qu’il y a sous vos capots.

Vous nous pensez réellement aussi vénales. Vous n’avez pas encore entendu parler de l’indépendance ?

Hé, j’ai un secret. Je bosse moi aussi.

Et, s’il vous plaît, un effort d’écriture que diable ! Plaire à l’autre n’est ce pas aussi démontrer que l’on peut aller plus loin plus haut ?

Naïve je suis, naïve je resterais.

Et pour moi ?

Les demandes affluent. Je supprimerais mon profil plusieurs fois pour le réactiver différemment et pourtant, les demandes ré-affluent. En montrer le plus de soi est ce qui attire.

Dernièrement, un auteur m’a appris quelque chose de juste et sensé : l’apparence prime sur le squelette de la personne.

Certains tentent et retentent. Allez savoir pourquoi alors que je dis non à plusieurs reprises. Visiblement, la notion de consentement n’est pas encore claire en virtuel.

Je me fais cette réflexion : une femme, une jolie femme de surcroît, c’est une aubaine pour ceux qui veulent tremper leur nouille. Ils pensent très sincèrement que femme libre signifie femme « open bar ».

Ho oui, vas-y Johhny fais glisser ton gourdin entre…Houla, je m’égare. Je vous prie de m’en excuser.

Indiquer « femme libre » attise l’agressivité chez certains mâles. Le refus est impossible à entendre et leur manière de s’adresser à moi est remplie de crudité. Il n’y a absolument aucune séduction ni même d’élégance. Je leur suis déjà acquise.

Il y a aussi tous ces jeunes coqs qui se pensent des hommes. Je vous relate cette conversation.

F., 25 ans, plutôt beau garçon est particulièrement direct. Je me permets de lui dire :

  • Je ne m’intéresse pas aux petits garçons. C’est certainement mon côté maternel qui ressort.
  • J’ai un diplôme supérieur et je bosse depuis longtemps maintenant.
  • Ta condition sociale et professionnelle ne font pas de toi un homme. C’est même arrogant de dire cela voire immature. Tu n’es pas encore un homme.

Et, il insiste le bougre. Il cherche une femme plus âgée pour l’expérience. J’hésite entre souffler d’agacement et rire.

Je mets fin à cette discussion stérile.

Pourtant, il refera une demande. Bref…

il y a aussi ces hommes qui s’affirment libertins et en couple libre. J’ai l’expérience du libertinage et de la liberté. Ce ne sont que des menteurs à eux-mêmes et à nous.

Ils n’ont jamais pris cette liberté mais 50 ans est arrivé soudainement. Ils veulent séduire sur la toile pour être plus discret ou se pensant plus discret.

Ils sont, malgré tout, plus subtils que leurs congénères plus jeunes.

Seront-ils vraiment capables d’assumer ces relations extra-conjugales ? Ont-ils conscience qu’ils entrent en relation avec quelqu’un qui n’est pas leur conjointe et qu’il va falloir cloisonner ces deux univers ?

Jeunes ou plus âgés, tous réclament des photos de corps nus. Je finis par demander à l’un d’eux s’il fait son marché et sa réponse est :

-je ne fais que commencer.

Que répondre à tant de délicatesse masculine.

Vous pourriez me dire qu’au fond, je sais où je mets les pieds. C’est que vous ne connaissez pas le monde libre. Il ne s’agit pas uniquement de sexe.

Les femmes et les hommes libres entretiennent aussi des relations avec ceux qui sont leurs amants et leurs amantes.

Le respect, le partage sont présents.

Le site de rencontre type « relation casual »

La relation casual est la relation occasionnelle mais pas forcément uniquement tournée vers le sexe. On peut aussi aller se balader, boire un verre, rire, voir un film et avoir de la tendresse. C’est une autre forme d’attachement et même d’amour. Cet amour n’entache en rien la relation inscrite que vous avez dans votre vie conjugale. Elle vous donne le droit, si vous tombez sur la ou les bonnes personnes, d’être qui vous êtes entièrement, pleinement et pour vous épanouir.

Ce n’est pas le coup d’un soir. On peut continuer à la nommer occasionnelle car jamais vous ne construirez un avenir ni ne vivrez ensemble.

Elle peut être belle. Parfois, elle se transforme en simple amitié.

Ce n’est pas la femme en petite tenue sur les réseaux sociaux qui expose clairement son envie. Et pourquoi pas me dire-vous ? Elle est tout aussi respectable.

La relation libre vous remplit de la différence de l’autre. Aucun n’est le même et aucun ne comble quelque chose. Le consentement est réel. Ce n’est pas jeu. C’est une relation adulte et non une tromperie.

Car oui, ce qui est moche, c’est d’être malhonnête avec celui ou celle qui a déposé toute sa confiance entre vos mains depuis si longtemps.

Soyez donc honnête et clair ou alors remontez vos petites culottes et vos caleçons.

Je n’ai pas joué avec les hommes avec lesquels j’ai discuté. J’en ai refusé la majorité pour discuter avec ceux qui me semblaient sains.

D’ailleurs Facebook, a fini par me dire « faites une pause » puisque je refusais 95% des demandes.

Cet exercice de pêche à la ligne est épuisant.

Une femme qui affirme et qui est ce qu’elle est dans la vie de tous les jours, partout, dans la rue, sur la toile n’est pas souvent considérée comme un être humain avec une tête. Désirer l’autre même sans vouloir construire quelque chose ensemble ne signifie pas être irrespectueux ni être une chienne.

Vous n’avez aucun droit de faire preuve d’autant de laideur car nous sommes libres.

Un site de rencontre n’est pas un lieu de consommation. Mais, je le croyais juste un lieu supplémentaire de rencontres.

On ne prône rien. Chacun se vit comme bon lui semble. Par contre, évitez de jouer avec celles et ceux qui ne vivent pas l’amour comme l’entend la morale sociale et religieuse.

Si vous ne pouvez assumer ce mode de vie et de pensée, laissez-nous donc en paix. À qui faisons-nous du mal ?

Ce que je crois sincèrement, c’est que vous nous jalousez ou que vous nous craignez car nous représentons tout ce qui vous frustre ou vous semble décadent.

Erreur.

La bien-pensance et la certitude sont des fléaux dans notre société.

Ma liberté m’appartient.

Je suis une bonne mère et une bonne compagne.

Tu es un bon père et un bon compagnon.

Peu m’importe le reste. Alors peu vous importe le reste.

Laetitia CAVAGNI

poétesse et écrivaine

2 commentaires sur « La femme libre sur un site de rencontre »

  1. Ben dis donc, tu as du courage d’aller voir sur ces sites de rencontres. J’ai des retours par des amies, et ils sont peu encourageants…
    En tout cas, merci de nous faire part de ton constat, avec ton humour et ta curiosité.
    Belle fin de journée.
    Bises Laetitia,
    Régis

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s