Chronique de « Alice aux petites balles perdues » – Aurélie Lesage.

Rédigé par BIANCA BASTIANI

https://jdheditions.fr/produit/alice-aux-petites-balles-perdues/

« Mais je sais qu’un mardi, nous irons flâner au bord des rivières, il n’est pas encore temps. Mon coeur bat si fort, il voyage jusqu’aux profondeurs cachées de nos amours. Mon amour, tout n’est que ravissement, nous y serons bientôt. »

J’avoue que ce roman m’attirait depuis longtemps, et ce pour de nombreuses raisons. Déjà, il y avait cette superbe couverture dessinée par Yoann Laurent-Rouault, directeur littéraire et artistique de Jdhéditions. Ce dessin est une véritable œuvre d’art. J’aime exposer de beaux objets dans ma bibliothèque. Indéniablement, la couverture d’« Alice aux petites balles perdues » séduit et attise la curiosité. Ensuite, la personnalité sensible et sincère d’Aurélie Lesage avec laquelle j’échange régulièrement sur les réseaux sociaux. Et puis, je ne pouvais pas passer à côté d’un livre dont la critique sur les divers blogs littéraires était aussi élogieuse. J’ai quelque peu tardé à me l’offrir, car ma PAL était déjà bien remplie. Je l’ai lu avec un réel intérêt et c’est avec un énorme plaisir que je vous livre mon ressenti sur un premier roman totalement maîtrisé. Une grande auteure est née !

Alice est une adolescente différente et introvertie surnommée l’autiste. Elle s’est rapprochée d’une jeune fille superficielle qui sort avec tous les garçons du lycée. Leur relation s’est nouée autour des devoirs de math. Nikki est médiocre dans cette matière, alors Alice l’aide de son mieux. Il ne s’agit pas là d’une véritable amitié. Leurs caractères sont diamétralement opposés. Un soir, Nikki entraîne notre héroïne à une fête où cette dernière se rend en traînant les pieds. Sur place, elle accepte un pari stupide. Un garçon la met au défi de jouer à la roulette russe tous les jours pendant une semaine devant sa webcam. Il lui fournit une arme chargée. Nous suivrons donc Alice avec ce pistolet sur sa tempe… Elle fera une fugue et rencontrera de nombreux personnages tout au long de son errance. Elle se questionnera et nous poussera à réfléchir au sens de la vie, de l’amour, mais aussi de la mort durant sa quête initiatique. Son périple raconté de façon très poétique et sensible vous bouleversera. Tout au long du récit, une mystérieuse voix s’adresse à Alice et l’aide à acquérir plus de maturité. C’est peut-être la voix de sa conscience ou celle d’un ange gardien. Chaque lecteur en aura sa propre interprétation…

Ce conte urbain pourra en déstabiliser certains. Personnellement, j’ai beaucoup aimé. C’est très philosophique et la plume est remarquablement poétique. Les problèmes d’une jeunesse moderne en manque de repères sont décrits avec profondeur, tendresse et émotion dans ce roman d’une grande qualité littéraire.

Je tiens à ajouter qu’Aurélie Lesage est une artiste aux multiples talents puisqu’elle fait aussi de la musique (composition et chant). Un album verra bientôt le jour. Nous en reparlerons sur « À plumes d’elles »…

2 commentaires sur « Chronique de « Alice aux petites balles perdues » – Aurélie Lesage. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s