Chronique sur les œuvres de Vincent Blénet, auteur atypique.

Rédigé par Laetitia Cavagni et Bianca Bastiani.

Vincent Blenet a eu la gentillesse de nous remettre cinq de ses ouvrages dont le dernier sortira au mois d’avril « Mort sûre d’amours ».

Ce jeune auteur prolixe en écriture nous a permis de lire en autre et aussi ses quatre précédents ouvrages :
Gazhell, Carnets d’une décennie, 666 nuances de braises, De feux et d’encres.

Il a un style qui peut sembler hermétique et froid voire glacial car il ne « mâche pas ses mots » comme on peut le dire vulgairement. C’est donc un style qui peut déplaire mais au moins, il y met ses tripes, sa vision honnête du monde et même ses émotions.
Autant de générosité, ça se remarque et ça se respecte.
Il a, pourtant et malgré cette apparente dureté du verbe, une prose poétique. Il utilise souvent l’envolée poétique afin de décrire une scène ou un personnage. Cela donne un côté romantique à ses œuvres.
Nous retrouvons son engouement pour ce poète qu’était Charles Baudelaire dans sa vision crue et directe de son univers.
Dans ses livres, nous avons pu observer plusieurs thèmes qui semblent l’interpeller de façon presque obsessionnelle :
La religion, les anges, l’enfer et les femmes.
Tous ces thèmes se rejoignent en un mystère insoluble pour ce jeune auteur.
Au fond, n’est-il pas simplement un auteur à l’écriture gothique et noir donc ?
On y ressent une souffrance immense. Sa douleur, il nous la partage.
Vincent Blenet ne cache pas sa maladie. Sa pathologie psychiatrique. Il est bipolaire, schizophrène et vit avec des bouffées délirantes. Est-ce que cela explique cette noirceur romantique en lui en tant qu’auteur ?
Nous serions bien hypocrites de penser que cette noirceur n’a pas sa place dans le monde de la littérature. Le monde n’est pas recouvert de guimauves et d’odeur de roses.
Ecrire est une thérapie addictive pour lui. Nous pouvons déjà compter 17 recueils. Quelle énergie ! quelle soif de partager aussi ! Il pourrait décider de les garder et de nous éviter cette crudité mais il refuse de nous épargner et ce qu’il vit et ce que peut être aussi la réalité intérieure et extérieure.
Parfois, il nous a été difficile de poursuivre la lecture de certains paragraphes choquants pour nous qui ne connaissons pas les méandres de son écriture ni de ses souffrances. Mais, lorsque l’on réussit à surmonter ces tremblements de terre violents, nous avons la surprise de lire des poèmes érotiques. Tous sont dédiés à des femmes connues par l’auteur et avec grand respect. On sent, là aussi, une souffrance due à ces femmes qui ne lui jettent même pas un regard.
Il se met aussi à nu lorsqu’il raconte ce harcèlement scolaire subi du fait de sa différence. Il est malade, a de l’embonpoint et un look de gothique.
On peut le qualifier d’hypersensible frustré par le manque de lien social.
Et, soudainement, il écrit sur sa famille. Son écriture change. Elle devient élégante. On sent cet attachement entre lui et sa mère, entre lui et sa grand-mère.
Parfois, ses histoires nous paraissent décousues. Est-ce des effets de sa maladie ? Peu importe puisque Vincent Blenet à son lectorat.

A plumes d’elles, nous ne jugeons pas les auteurs mais leurs créations. Nous pensons aussi que l’empathie dans ce milieu de l’édition difficile est essentielle.
Qu’on l’aime ou qu’on le craigne, Vincent Blenet y a toute sa place. Il y a de la qualité dans ses livres lorsque l’on dépasse ce mouvement de recul que l’on peut avoir aux premières lignes.
Vous pouvez retrouver ses livres à la maison d’édition « La compagnie littéraire ».
https://www.compagnie-littéraire.com/

3 commentaires sur « Chronique sur les œuvres de Vincent Blénet, auteur atypique. »

  1. Merci pour cet article mes fées.

    La religion, les anges, l’enfer et les femmes. Voilà quatre thèmes dont trois ne sont que des fantasmes. Le quatrième thème m’a souvent prouvé son existence, sans laquelle la mienne n’aurait pas de sens.
    Belle fin de journée mesdames.
    Je vous embrasse.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s